Les yeux perdus

Délicieusement sinistre ! Petit conseil, ami lecteur, si vous souffrez d'ommetaphobie, voire de pédiophobie ou si Hannibal Lecter vous terrorise, prenez une très, très grande inspiration avant d'ouvrir cet album ! Diego Agrimbau signe un pur conte horrifique, maîtrisant à la perfection les codes du genre et la mise en images de Juan Manuel Tumburus est à l'unisson, fascinante et lugubre !
 
1916, quelque part sur le front de l'Est, entre Pologne et Russie, trois orphelins sont les seuls survivants dans un orphelinat. Derrière le portail, tout n'est plus que dévastation, ruines et décomposition. Ils n'ont qu'un seul moyen de survie, attirer, tuer et manger les soldats blessés cherchant un endroit où s'abriter. Un des enfants ne peut plus supporter ce semblant de vie. Il découvre de nouveaux amis, les seuls peut-être, dans les magnifiques poupées victoriennes qui peuplent les étagères d'une des pièces vides de l'orphelinat. Les poupées acceptent de l'aider à une seule condition, qu'il leur donne des yeux pour remplir leurs orbites vides...
 

Derniers articles