dimanche 9 mai 2021

Howard Lyon

Howard Lyon est né et a grandi à Mesa, en Arizona. Il est le plus jeune de cinq enfants et ses parents très compréhensifs, même lorsqu'il était très jeune, ont veillé à ce qu'il ait le matériel et l'éducation nécessaires pour affiner ses talents, en particulier lorsqu’à l'âge de douze ans il leur a dit qu’il voulait être artiste.
Howard est attiré par les superbes illustrations des livres qu’il lit et des jeux auxquels il joue. La lecture de vieilles copies d'histoires avec des illustrations d'Arthur Rackham et de N. C. Wyeth va vraiment le nourrir durant sa jeunesse et ce sera toujours le cas dans sa vie d’adulte.
Pendant ses études secondaires, Howard rencontre sa femme, Shari Lunt, avec qui il se marie dès l’obtention de leur diplôme. Ils vont ensuite s’inscrire à l’Université Brigham Young, l'université principale de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Howard commence sa carrière en y étudiant l'illustration et en travaillant avec des artistes tels que Robert Barrett, Don Seegmiller, James Christensen ou Greg Olsen.
Howard va réaliser pendant plusieurs années des œuvres pour des mondes et des personnages de fantasy, trouvant ainsi l'opportunité de se plonger réellement dans son imagination. En effet, certaines commandes lui offrent une liberté de création totale et lui permettent de concevoir des personnages ou des créatures qui n'avaient jamais été visualisés auparavant, ce qui est pour lui très enrichissant et stimulant.
Dans l'industrie du jeu vidéo il travaille en tant que directeur artistique, artiste conceptuel et illustrateur indépendant. Il peint, pendant la majeure partie de sa carrière, des dragons et des trolls ou des scènes de science-fiction et on retrouve donc ses oeuvres pour Dungeons & Dragons, World of Warcraft, Magic: the Gathering, Paizo ou encore Star Wars.
Il part étudier l'art en Italie, en France et, ensuite, à la Grand Central Academy de New York. Il décide alors de combiner toutes ces expériences pour passer à la vitesse supérieure et élargir ses sujets afin de créer des œuvres qui s’inspirent du style de certains de ses maîtres anciens préférés comme William Bouguereau, Lawrence Alma-Tadema et John William Waterhouse. Mais pas n’importe lesquelles.
Il a toujours été animé par l'art fantasy et s’il dit avoir joué à Dungeons & Dragons, en réalité il passait plus de temps à dessiner les personnages qu'à jouer. Mais il a toujours su qu’il ferait aussi des peintures à caractère religieux. De nombreuses œuvres des Maîtres anciens sont de nature religieuse et l’inspirent au plus profond de son être. Il aime la passion et l'émotion qui se dégagent de certaines d’entre-elles et que l'on croie ou non aux sujets peints, l'imagerie est puissante.
Il va donc peindre quelque chose qu’il a toujours voulu faire, des scènes liées à l'Évangile. Sa foi occupe une grande place dans sa vie et il lui semble donc logique d'en exprimer une partie dans ses œuvres. Il représente donc des scènes tirées des Écritures, essayant de créer des œuvres qui élèvent, que ce soit par leur beauté ou par le message qu'elles véhiculent. Il espère que lorsque les spectateurs voient son travail, ils prennent un moment pour s'arrêter et faire attention à ce qu'ils ressentent, la paix ou un sentiment de bien-être. Quelque chose qui leur dise qu'il existe quelque chose de plus grand. Quelque chose à espérer et à rechercher dans cette vie.
Il pense que son travail religieux a amélioré son travail de fantasy. Pour lui, une grande œuvre fantasy, qu’elle soit écrite ou visuelle, tend un miroir au spectateur ou au lecteur, qui se met alors dans la peau du personnage et imagine ce qu’il pourrait faire dans les mêmes circonstances et il trouve que lorsqu’il fait la même chose avec les Écritures ou les œuvres religieuses, cela a plus de sens. Donc, avec les deux genres de travail, il espère créer une œuvre dans laquelle les spectateurs pourront se perdre et laisser leur imagination enrichir l'expérience. Finalement, Howard veut rapprocher son travail de fantasy de celui des Beaux-arts. Pour lui de grandes peintures comme "The Lament for Icarus" d'Herbert Draper ou "Nymphes et Satyre" de William Bouguereau présentées dans les meilleurs musées du monde sont des peintures de fantasy. Les mouvements artistiques du XXème siècle ont tué cette tradition, mais la résurgence du réalisme et des principes académiques a ouvert la porte à ce type d'œuvres dans les galeries et il veut en faire partie. D’ailleurs, il est passionné par l'apprentissage et l'étude des artistes du passé et de leurs méthodes de travail, notamment Caravaggio, Bloch, Bouguereau et Waterhouse.
Il a été maintes fois honoré, nominé ou récompensé et ses œuvres sont présentes dans de nombreuses galeries, ainsi que dans de nombreuses publications.
Howard Lyon vit et travaille à American Fork, ville du Comté d’Utah située au sud de Salt Lake City.