TORRES-PRAT Enric

Partage :

Liens :

Biographie

Enric Torres-Prat est né à Barcelone le 21 juillet 1938. Le fait de vivre près de la ville portuaire historique, au bord de la Méditerranée, apporte au jeune Enric une immense influence artistique, il aime la couleur, l'odeur et le goût qui s’en dégagent. S’il se découvre une vocation pour la peinture dès son enfance, il s'intéresse également à la photographie. Il rentre à l'Académie de Sant Jordi où il étudie la peinture classique et où il se montre très doué pour le dessin et la théorie des couleurs. Durant sa jeunesse, il voyage en Europe et aux États-Unis, étudiant les oeuvres des Grands Maîtres comme Rembrandt ou Vélasquez, dans les différents musées qu'il croise sur son chemin. Ainsi il visite le Prado, le Louvre, le Metropolitan Museum of Art de New York et le British Museum, ou encore le Rijksmuseum d'Amsterdam qui l'influencera, peut-être, le plus.
Doué pour le dessin, mais plus friand de photographie, il est obsédé par la recherche de différents types de développement jusqu'à ce qu'il prenne conscience que la peinture peut l'aider à capter plus efficacement ce qu'il veut photographier. Cependant, il est également obsédé par sa façon de peindre, car il pense qu'il ne doit pas y avoir de base de dessin dans la peinture, mais plutôt un affleurement de volumes presque à partir de zéro.
Il a un peu plus de 20 ans lorsqu’il commence à travailler chez Selecciones Ilustradas comme lettreur, l’agence artistique créée à Barcelone par Josep Toutain, spécialisée dans la représentation des dessinateurs de bande dessinée et illustrateurs espagnols à l'étranger et il va exercer ce métier pendant des années sur les bandes dessinées qui étaient imprimées directement dans la rédaction de Selecciones Ilustradas. Mais cherchant à devenir indépendant, il alterne son travail dans la publicité avec le monde de l'édition.
De lettreur il passe dessinateur et commence ensuite à produire des illustrations toujours pour Selecciones Ilustradas, d'abord quelques-unes, puis à un rythme plus soutenu. Il réalise ainsi des couvertures de tous les genres pour des publications comme Acción Extra. Pour faire évoluer son style il travaille pour Ediciones Vértice et en 1969, il est chargé d'illustrer les premières couvertures de certains super-héros encore inconnus de Marvel. En effet, des personnages tels que Dan Defensor (Daredevil), Captain America, les 4 Fantastiques ou Spiderman, commencent juste à être populaires parmi les lecteurs espagnols de l'époque, mais il est rapidement remplacé dans ces tâches par Rafael López Espí. Il signe toutes ses images d’Enrich, comme il l'a fait dans le projet Altamira, du soi-disant Groupe Expérimental d'Illustradors. Cette même signature a été utilisée pour ses œuvres à la fin des années soixante et au début des années soixante-dix, dans des magazines de science-fiction tels que Nueva Dimensión ou dans la bande dessinée d'horreur Dracula (éditions Buru Lan), où il a hypnotisé tout le monde avec ses images saisissantes basées sur la photographie.
Dans le but d'ouvrir un marché aux États-Unis un des représentants de Josep Toutain, le directeur de l'agence Selecciones Ilustradas, émet la possibilité que l’agence tente sa chance outre-atlantique, idée immédiatement reprise par les dessinateurs, fans des comics américains et qui y voient l'opportunité d'être mieux payés.
Enric avec Sanjulián seront les premiers à lancer ce nouveau projet au début des années 70, suivis aussitôt par un groupe de dessinateurs tels que José Gonzalez, Rafael Auraleón, Esteban Maroto et Josep Maria Beà, entre autres. Des artistes dont le talent tirera vers le haut la qualité de certaines maisons d'édition américaines comme Warren Publishing.
Après quelques contacts, diverses commandes sont obtenues pour ce marché bien mieux rémunéré que le marché européen. Le premier travail d'Enric, en 1971, est la couverture du recueil d'histoires de science-fiction People Machines de Jack Williamson pour ACE Books, qui est élue meilleure couverture de science-fiction de l'année.
Cette récompense a peut-être eu une certaine influence sur l'éditeur Warren Publishing, qui lui commande plusieurs couvertures pour les magazines Creepy (3), Eerie (6) et surtout Vampirella. C'est dans la collection de ce protagoniste érotique qu'il finira par produire 52 couvertures et qu’il obtiendra une reconnaissance internationale.
Son travail s'est donc particulièrement distingué avec Vampirella, puisqu'il a été le dessinateur officiel de la couverture du magazine du numéro 17 au numéro 110, avec plusieurs interruptions et réimpressions de couvertures, de sorte qu'Enric est celui qui a façonné l'image du vampire extraterrestre pour la plupart des fans.
Warren Publishing lui a décerné le prix du meilleur dessinateur en 1974. L’agence Selecciones Ilustradas, pour sa part, l'a récompensé en 1981 et 1987.
En Espagne, son travail continue à apparaître dans des magazines comme Delta, Hunter, Bumerang, 1984 et d'autres publications de Selecciones Ilustradas. Il réalise également des couvertures de romans de poche de science-fiction, d'horreur, de western et de romance pour les éditions Eureopan avant de se consacrer de plus en plus aux beaux-arts.
Après avoir collaboré avec d'importantes entreprises telles que Bantam, Ace Book, Signet, Harlequin, Reader Digest ou Dell et grâce à sa bonne réputation aux États-Unis, Enric Torres-Prat se consacre exclusivement à la peinture figurative, exposant ses œuvres dans des galeries prestigieuses des plus grandes villes des États-Unis et d'Europe.
Dans sa peinture et ses illustrations, il laisse libre cours à son intérêt pour le symbolisme en tant que courant pictural, mais sans négliger les thèmes fantastiques ou terrifiants, ni ses personnages, comme Vampirella, qu'il continue à peindre à la demande. Depuis, il a exposé ses œuvres dans de nombreuses galeries en Europe et aux États-Unis (New York - Artexpo, 2002).
La technique qu'il utilise habituellement pour ses illustrations et ses peintures est la peinture à l'huile sur carton ou toile, bien qu'il utilise également le crayon sur papier pour les dessins en noir et blanc. Il utilise généralement une base photographique pour ses illustrations avec des images de modèles, généralement non professionnels, et parfois de lui-même, il est d’ailleurs reconnaissable dans certaines de ses illustrations.
Au cours de sa carrière d'illustrateur, il a été reconnu comme l'un des meilleurs dessinateurs espagnols de couverture de son époque. Manuel Sanjulián, qu’il a croisé pendant son séjour à Selecciones Ilustradas, est même allé plus loin, puisqu’il a reconnu Enric Torres-Prat comme le meilleur (et le seul) artiste de couverture parmi les espagnols.
Aujourd’hui, il utilise aussi bien la signature Enric pour ses illustrations que Torres-Prat pour ses peintures alors que, rappelons-le, jusqu'au début des années 1970 il signait ses œuvres sous le nom d'Enrich.
Enric Torres-Prat vit et travaille toujours à Barcelone, la ville où son cœur est toujours resté.

Bibliographie