samedi 20 juillet 2019

LOSSEL Yoann

Partage :

Liens :

Biographie

Né à Strasbourg en 1985, l'intérêt de Yoann Lossel pour l'art et la peinture commence par la découverte des anciens maîtres de la Renaissance, qu'il rencontre dans son foyer familial et dont il contemple les oeuvres pendant son enfance. Fasciné par les chefs-d'œuvre à couper le souffle représentant des thèmes mystérieux et développant une créativité fabuleuse, il rêve alors de devenir peintre.
Après un cursus de trois ans dans la section dessin narratif à l'École Pivaut de Nantes, Yoann Lossel travaille comme illustrateur indépendant pour les éditions Milan avant de s'installer en Brocéliande et de poursuivre son travail pour les éditions Ouest-France et Soleil parmi tant d'autres. À 25 ans, il quitte finalement le monde de l'édition pour se consacrer à des collaborations avec des galeries d'art. Durant ce temps, ses goûts personnels, alimentant son univers artistique, murissent et évoluent vers des aspirations plus délicates et raffinées.
Ainsi, il s'entoure de l'iconographie qui le passionne comme celle les maîtres du Mouvement Symboliste ou du Préraphaélisme, ou encore de ceux de l’Art Nouveau et des Arts & Crafts, de manière à nourrir et décorer son inspirant espace de travail.
Simultanément, pour réaliser les œuvres qu'il a à l'esprit, Yoann Lossel investit dans des matériaux de haute qualité (papier, encre, imprimante ...) et construit même sa propre presse pour gaufrer ses tirages d'art. Ce cadre florissant donne naissance à la technique méticuleuse de la dorure. La marque de fabrique qu'il maîtrise maintenant pour illuminer son œuvre. En effet, pour nourrir la profondeur de ses scènes, il a opté pour l'utilisation de feuilles d'or qui génèrent un quatrième plan par leurs manières de réfléchir la lumière. Ainsi naissent des crépuscules et des aubes.
Les grands paysages le fascinent. Il s'y est toujours projeté avec beaucoup de force et d'imagination. Avant de s'enfermer dans l'atelier pour figurer ces mondes, il est avant tout un contemplatif à la recherche d'atmosphères, de lieux et de présences.
Il croit que c'est le hors-champ auquel il accorde une attention particulière, cette infime nuance qui transforme un espace en une histoire. L'arbre qui, avec le temps, va adopter une posture, la pierre qui à force d'érosion se distinguera de toutes les autres, le vent qui transformera la lande et poussera l'aubépine à se développer à l'horizontal. Ces arbustes que l'on dénichera au sommet des collines du Devon ou dans les estampes d'Hokusai.
Il a une affection toute particulière pour les ruines, cet espace où le temps devient palpable, quelque part entre civilisation et monde sauvage. Il essaie d'offrir à ces lieux une population qui les habite, qui les intègre avec cohérence.
Yoann Lossel a exposé son travail dans de nombreuses galeries en France et en Belgique, mais aussi outre-mer en Angleterre, en Australie et aux États-Unis, y compris à la "Society of Illustrators" de New York. Il a été régulièrement invité par de nombreuses galeries aux États-Unis comme la "Century Guild" et la "Nucleus Gallery" à Los Angeles ainsi que le "Krab Jab Studio" à Seattle.
En 2013, Spectrum, qui fait la promotion des arts fantastiques et offre une vitrine annuelle pour les artistes contemporains, l'a honoré en publiant son œuvre "The Golden Age" sur la couverture intérieure de sa 20ème édition. En 2015, il reçoit la récompense "Ensemble de l'oeuvre" du concours organisé par "Infected by Art" Volume 3 et une "Mention d'honneur" dans la catégorie dessin du Concours international "d'Art Renewal Center" 2014/2015. En 2015, il est nominé au prix "Star Montante" du concours organisé par Spectrum, pour l’édition 23. En 2017, il gagne le concours organisé par Infected by Art, numéro 6, ainsi que le prix pour "l'Ensemble de l'Oeuvre".
logo fanta dragon4
fantasleria.fr utilise des cookies.
En poursuivant votre navigation, vous acceptez leur utilisation.