mercredi 22 août 2018

BILAL Enki

Partage :

Liens :

Biographie

Né le 7 octobre 1951 à Belgrade, en République fédérale socialiste de Yougoslavie, d'un père bosniaque et d'une mère tchèque, il déménage avec sa famille en 1960 pour Paris. En 1972, après un passage éclair aux Beaux-Arts, Enki Bilal publie sa première histoire, Le Bol maudit, dans le journal Pilote. Les publications vont alors s'enchaîner avec son premier album, La Croisière des oubliés en 1975 et Les Phalanges de l'Ordre noir en 1979 qui a un énorme succès, il remporte le prix RTL 1980 de l'Album de bande dessinée destinée aux adultes, et se place au 11ème rang du magazine Lire, recensant les 20 meilleurs livres de l'année 1979. Sa carrière lancée, de 1980 à 1985 il travaille pour le magazine Pilote, pour les éditions Dargaud ou encore pour le cinéma (La Vie est un roman d'Alain Resnais, Le Nom de la rose de Jean-Jacques Annaud).
En 1987 Enki Bilal devient le 14ème président du Salon International de la Bande Dessinée à Angoulême et gagne le premier prix. Il fait ensuite en 1988 une exposition au Palais de Tokyo à Paris accompagné par le photographe Josef Koudelka et le peintre-illustrateur-photographe-dessinateur Guy Pellaert. Il se lance alors dans la réalisation au cinéma et en 1989 il termine son premier film, Bunker Palace Hôtel, avec notamment Jean-Louis Trintignant et Carole Bouquet. Artiste à tout faire, il dessine les costumes de différents spectacles (opa_mia, un spectacle de Denis Levaillant et Roméo et Juliette de Prokofiev). Puis vient le temps des expositions, 1991 deux mois d'exposition à la Grande Halle de La Villette, à Paris et 1992 Exposition Transit à la Grande Arche de la Défense, à Paris.
Arrive alors la consécration en 1993 lorsque le dernier volet de La trilogie Nikopol, Froid Équateur, est élu meilleur livre de l'année, tous genres confondus, par le magazine de Bernard Pivot, Lire. Une première dans l'histoire de la bande dessinée. Puis il se consacre à un autre long métrage Tykho Moon qui sortira en 1996, on y retrouve Jean-Louis Trintignant associé à Julie Delpy et Richard Bohringer. Les sorties se suivent de 1994 à 2003 et en mars 2004 sort le troisième film de Bilal Immortel, ad vitam, adaptation de la trilogie Nikopol, mélangeant 3D et acteurs réels, avec Linda Hardy, Charlotte Rampling, Yann Collette, Thomas Kretschmann, Frédéric Pierrot.
Dans sa volonté de toucher à tout, en 2006 il crée l'illustration du timbre de France Europa sur le thème de l'intégration. La fin des années 2000 voit la clôture et la publication en un volume unique sous forme d'une trilogie de sa Tétralogie du Monstre.
Au printemps 2007 Artcurial organise la vente de 32 oeuvres du dessinateur, qui se sont vendues aussi chères que celles de certains artistes d’art contemporain. C'est une consécration pour la Bande Dessinée en général qui est ainsi portée au rang d’œuvre d’art. Enki Bilal, véritable visionnaire aussi pessimiste que doux rêveur, est un des grands de notre temps. Animal'z, une histoire complète, un "one shot" d'une centaine de pages, est sorti en mars 2009, suivi en 2011 de Julia et Roem, second volet de sa nouvelle trilogie. L'artiste se distingue une nouvelle fois avec Les Fantômes du Louvre, en 2012 chez Futuropolis / Louvre éditions, suivi de Mécanhumanimal aux éditions Casterman en 2013. Clôture de la trilogie avec La Couleur de l'air en 2014 chez Casterman.

Bibliographie