dimanche 20 août 2017

SCHUITEN François

Partage :

Liens :

Biographie

François Schuiten est né à Schaerbeek près de Bruxelles le 26 avril 1956. Son père, son frère et sa soeur sont architectes, mais lui-même, quoi qu'on en dise parfois, n'a jamais fait d'études dans ce domaine. Il n'a que 16 ans lorsqu’il publie sa première histoire courte entièrement dessinée au bic, intitulée Mutations, dans l'édition belge de Pilote. C'est à l'atelier bande dessinée de l'Institut Saint-Luc, où il est étudiant, qu'il rencontre Claude Renard avec qui il réalise deux albums Aux médianes de Cymbiola, Le Rail. Il collabore également aux trois volumes collectifs du 9ème Rêve. Avec son frère Luc, il élabore au fil des ans le cycle des Terres creuses, débuté également pour Pilote. Trois albums sont parus à ce jour Carapaces, Zara et Nogegon. Sa percée définitive intervient au moment de son transfert vers une autre revue, plus adulte, Métal Hurlant. C'est en 1980, au cours d'une visite approfondie du Palais de Justice avec son ami Benoît Peeters, qu'il découvre un Passage vers un univers parallèle au nôtre, celui des Cités obscures. Ensemble, ils y effectuent un long voyage, qui les mène de Brüsel à Mylos, en passant par Xhystos et Urbicande. C'est depuis lors que François Schuiten travaille avec Benoît Peeters à la série Les Cités obscures, qui doit beaucoup à sa passion de l'architecture. La série est aujourd'hui riche de douze albums, tous publiés en français chez Casterman, traduits dans la plupart des autres langues européennes et dont plusieurs ont obtenu de nombreuses récompenses.
Il collabore à la conception graphique de plusieurs films, dont Gwendoline de Just Jaeckin et Taxandria de Raoul Servais. Il est coauteur d'une série en animation de synthèse, Les Quarxs de Maurice Benayoun.
Avec Benoît Peeters, il est le co-scénariste de deux documentaires-fiction Le Dossier B et L'Affaire Desombres. Parallèlement, il scénographie l’opéra de Rossini, La Cenerentola, présenté à La Monnaie à Bruxelles ainsi qu’à l’Opéra de Lyon.
Il réalise de très nombreuses scénographies, dont la Ville imaginaire (Cités-Ciné Montréal), Le Musée des Ombres (présenté successivement à Angoulême, Sierre, Bruxelles et à Paris) ainsi que le Pavillon du Grand Duché de Luxembourg à l'Exposition Universelle de Séville. Il est également le responsable de deux stations de métro Porte de Hal à Bruxelles et Arts et Métiers à Paris.
François Schuiten, qui maîtrise de nombreuses disciplines, n'a de cesse d'explorer de nouvelles directions. Ainsi conçoit-il le gigantesque Pavillon des Utopies (A planet of visions) qui a accueilli cinq millions de visiteurs à l’Exposition Universelle d’Hanovre en l'an 2000, ainsi que le pavillon belge à l'Exposition de Aïchi 2005. Il réalise aussi la scénographie de l’exposition-spectacle Le Transsibérien, présentée à Bruxelles au Musée du Cinquantenaire dans le cadre d’Europalia Russie. Avec Benoît Peeters, il s'occupe à Bruxelles de la restauration et de l'aménagement scénographique de la Maison Autrique, premier édifice Art Nouveau du grand architecte Victor Horta.
Son oeuvre a par ailleurs fait l'objet de nombreuses expositions et François Schuiten obtient en janvier 2002 le grand Prix d’Angoulême, la plus haute distinction européenne du domaine. Il est élevé au titre de baron le 21 juillet 2003 par le Prince Philippe, pour son action dans la promotion des arts belges.
François Schuiten a également dessiné d'innombrables affiches, illustrations, sérigraphies et lithographies. Il a réalisé une dizaine de timbres pour la poste belge.
Ces dernières années, il a travaillé à la conception graphique de plusieurs films dont Mr Nobody de Jaco Vandormael sorti début 2010 et au scénario, avec Benoît Sokal, d’un film en animation de synthèse, Aquarica qu’ils réaliseront ensemble. Il travaille aussi sur l’univers d’un spectacle itinérant de chevaux autour des performances de Mario Luraschi.
The Book of Schuiten est sorti en 2004 chez Casterman.